Cinq étapes simples pour “mieux chauffer”: protégez votre santé et l’environnement, et chauffez plus efficacement!

Suivez ces étapes simples et pratiques pour améliorer l’efficacité de votre poêle, et pour réduire l’émission de polluants atmosphériques.

Première étape. Utilisez le bon combustible
Achetez un combustible qui brûle proprement et efficacement. Les granulés de bois brûlent bien plus proprement que les bûches. Si vous utilisez des bûches, assurez vous d’utiliser du bois sec, récolté au printemps et séché pendant l’été. Stockez le bois dehors, en hauteur (et non pas sur un sol humide), couvrez votre tas de bois pour le protéger des intempéries, tout en laissant les côtés à l’air libre, pour permettre la circulation de l’air. Utilisez des bûches uniformément colorées et qui ne contiennent pas plus de 15-20% d’humidité (un compteur d’humidité ne coûte que 20$ et peut être un très bon outil pour mieux chauffer). Beaucoup de matériaux contiennent et dégagent des polluants nuisibles lorsqu’on les brûle. Ces matériaux sont très inefficaces pour chauffer votre maison, et peuvent encrasser votre cheminée très vite, ce qui contribue à accroître la fumée dégagée et impose de nettoyer vos conduits plus fréquemment que prévu. Cela peut même causer des incendies. Afin d’éviter ces problèmes, ne brûlez pas de papier, de carton, de peinture, de colle, de caoutchouc, de couches, de journaux, de cuir, de déchets de jardin, ni d’autres matériaux non recommandés par le fabricant de votre poêle.

Deuxième étape. Allumez votre feu à l’envers
Oui, oui, c’est bien ça : à l’envers ! La méthode habituelle, qui vous conduit à allumer le petit bois sous vos bûches, dégage beaucoup plus de fumée. Si elle est très répandue, cette approche n’est ni nécessaire, ni efficace. En plaçant le petit bois au-dessus des plus grosses bûches et en le laissant lentement prendre feu, votre feu sera plus efficace et moins polluant.
Disposez d’abord les bûches sèches tout au long de la chambre de combustion. Mettez les plus grosses bûches en-dessous, puis les morceaux de bois plus minces, puis le petit bois, et enfin les écorces ou les copeaux par-dessus. Veillez à ne pas en mettre trop, et à ne pas les empiler plus haut que ne le recommande le fabricant (souvent, la règle d’or est de remplir la chambre de combustion à moitié). Ensuite, allumez le haut de votre pile à l’aide d’un allume-feu si vous n’avez pas assez de petit bois.
¡Voila! ¡Un feu à l’envers et une manière infaillible d’impressionner vos amis !

Troisième étape. Votre feu doit toujours brûler intensément.
Il convient de garder un feu très chaud afin de ne pas laisser refroidir la chambre de combustion. Un feu chaud est un feu efficace et donc propre : la plupart des polluants sont émis pendant les phases d’allumage et de refroidissement. Ainsi, quand votre feu est bien parti, vous pouvez commencer à ajouter de grandes bûches et à les tasser de plus en plus. Ajoutez du bois de temps en temps pour vous assurer que la chaudière continue à bien chauffer. Une erreur systématique est de remplir une première fois le foyer, puis de le laisser refroidir avant d’ajouter plus de combustible; cela diminue l’efficacité de la combustion, augmente la quantité de bois nécessaire, et accroît spectaculairement la pollution émise.

Quatrième étape. Vérifiez la couleur de la fumée
La fumée n’est pas noire ? Super ! Si tout va bien, vous ne devriez pas voir de fumée dans le foyer ou dans la cheminée. La fumée noire ou jaune veut dire que votre feu dégage beaucoup de pollution. La fumée blanche n’est pas méchante : ce n’est que de la vapeur d’eau.

Cinquième étape. Utilisez un poêle propre et efficace (le mieux c’est de remplacer votre ancien poêle)
Les cheminées à faible émission sont conçues dans le but de réduire la pollution atmosphérique, et de chauffer plus efficacement. Si vous possédez un modèle très ancien, c’est peut-être le moment d’investir dans un nouveau modèle, certifié « faible émission » par l’Agence de Protection de l’Environnement des États-Unis ou l’Eco-Label Nordique.

De tous les appareils utilisés pour le chauffage résidentiel, les poêles ou les cheminées utilisant des granulés sont les plus propres. Ces granulés sont souvent en bois mais peuvent être faits d’autres matières organiques. Si vous voulez rester fidèle aux bûches, servez-vous d’une cheminée disposant d’un ventilateur pour augmenter l’efficacité de la combustion ou d’un convertisseur catalytique pour réduire les émissions nocives.

Investir dans un nouveau poêle, propre et moderne, est coûteux : mais cela vous permettra aussi de réaliser d’importantes économies !
Voilà, c’est tout! Ces cinq étapes vous permettront de brûler moins de combustibles, de réduire la pollution émise par votre poêle, d’améliorer la qualité de l’air, de ralentir le changement climatique ET d’économiser de l’argent.

Vous voulez voir une démonstration de ces méthodes?
Regardez ce clip danois qui illustre les manières les plus efficaces d’allumer un poêle en bois. Chapeau haut-de-forme non requis !

Ce clip de l’état de Washington montre comment utiliser au mieux son poêle pour obtenir une chaleur identique ou supérieure, tout en utilisant moins de combustible, ce qui permet d’économiser de l’argent et de réduire les émissions de suie.